Apologie de la pédophilie par Dr. Mimoun – Lettre au Conseil National de l’Ordre des Médecins


Monsieur le président du Conseil National de l’Ordre des Médecins,

 

Je ne vais pas vous faire un long discours .

Après avoir lu les déclarations du Dr. Sylvain Mimoun publié par LE PLUS le 9 octobre 2013 . Article supprimé depuis mais que vous trouverez sur de nombreux sites avec copie écran  pour preuve.

https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/sylvain-mimoun-sylvain-mimoun-lapologie-de-la-pedophilie-et-lincitation-au-viol/

 Après avoir lu sa déclaration publié par 20 minutes. fr. Après avoir lu cette lettre envoyée au procureur de la République, vous prendrez ou non vos responsabilités .

https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/718-2/

 Le Docteur Sylvain Mimoun en faisant l’ apologie de la pédophilie   a-t-il violé le  code de déontologie médicale ?

 

« Article 3 (article R.4127-3 du CSP))

Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de

moralité, de probité et de dévouement indispensables à l’exercice de la

médecine . »

« Article 31 (article R.4127-31 du CSP)

Tout médecin doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession,

de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci. »

Pensez-vous que le Dr. Mimoun respecte les articles ci-dessous lorsqu’il déclare qu’un enfant peut-être dragué et avoir une « relation sexuelle » avec un adulte ?  Pensez-vous que la définition du viol du Docteur Mimoun ne vient pas justifier que des pédophiles malades ou non passent  à l’acte en violant les enfants ?  Finalement pensez-vous que le Dr. Mimoun est susceptible de protéger les enfants ? « Un défenseur » des enfants, le Dr. Mimoun ? J’imagine très le bien le Dr. Mimoun prendre au pied de la lettre VOS « circonstances particulières «  puisque d’ores et déjà il semble « qu’il apprécie en conscience » qu’un enfant peut être dragué, charmé, pour être violé sans « violence »

« Article 43 (article R.4127-43 du CSP)

Le médecin doit être le défenseur de l’enfant lorsqu’il estime que l’intérêt

de sa santé est mal compris ou mal préservé par son entourage. »

« Article 44 (article R.4127-44 du CSP)

Lorsqu’un médecin discerne qu’une personne auprès de laquelle il est

appelé est victime de sévices ou de privations, il doit mettre en oeuvre

les moyens les plus adéquats pour la protéger en faisant preuve de prudence

et de circonspection.

Lorsqu’il s’agit d’un mineur ou d’une personne qui n’est pas en mesure

de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique,

il alerte les autorités judiciaires ou administratives, sauf circonstances

particulières qu’il apprécie en conscience. »

Je ne vais pas ici reprendre tous les articles et prescriptions auxquels le Dr. Mimoun a manqué.

Pour finir, un extrait du serment que je suppose il a prêté :

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté,

sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai

pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées

dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai

pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité. »

 

Vous pouvez agir de votre propre initiative, alors prenez vos responsabilités !

Art. R. 4126-1. – L’action disciplinaire contre un médecin, un chirurgien-dentiste ou une sage-femme ne peut être introduite devant la chambre disciplinaire de première instance que par l’une des personnes ou autorités suivantes : « 1° Le conseil national ou le conseil départemental de l’ordre au tableau duquel le praticien poursuivi est inscrit à la date de la saisine de la juridiction, agissant de leur propre initiative ou à la suite de plaintes, formées par les patients, les organismes locaux d’assurance maladie obligatoires, les médecins-conseils chefs ou responsables du service du contrôle médical placé auprès d’une caisse ou d’un organisme de sécurité sociale, les associations de défense des droits des patients, des usagers du système de santé ou des personnes en situation de précarité, qu’ils transmettent, le cas échéant en s’y associant, dans le cadre de la procédure prévue à l’article L. 4123-2

 reponse cnom_0001 (3)

 

2 réflexions au sujet de « Apologie de la pédophilie par Dr. Mimoun – Lettre au Conseil National de l’Ordre des Médecins »

  1. Faire l’apologie de la pédophilie n’est pas une opinion. C’est faire l’apologie d’un crime, et c’est donc condamnable juridiquement parlant.Donc n’ayez crainte: ça ne « manque » pas, les textes de loi sont là…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s