« Arrêtons les correctionnalisations » : Maître Marc Geiger


Il y a des avocats dits de victimes et des avocats de victimes. Les avocats dits de victimes, j’en ai déjà parlé . Ces avocats qui ont toujours une « excuse » pour accepter la correctionnalisation. Dans cet article https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/la-correctionnalisation-negation-du-viol-nest-possible-quavec-la-participation-des-avocats-des-victimes/ Une avocate, Dominique Attias justifie la négation du viol.  Son intervention lors d’un forum organisé par le magazine Marie Claire est effarante.

La correctionnalisation ne pourrait pas  se pratiquer à si grande échelle si les avocats  faisaient leur travail qui est  de faire reconnaître ce qui a été vécu par la « cliente » . Entre les avocats qui appuient , sans état d’âme,  les magistrats dans leur choix de correctionnalisation et les avocats, comme Dominique Attias, qui nous expliquent que c’est dans l’intérêt des victimes, mon cœur balance !

Aujourd’hui, je veux parler de l’ avocat de victimes. D’ailleurs, il n’y aurai pas de raisons de préciser « de victimes » si les avocats respectaient l’intérêt du client. La correctionnalisation en ce qu’elle nie ce qui a été vécu par la victime, n’est jamais dans l’intérêt du client. Nous en sommes donc là , il faut distinguer, préciser … Alors précisons

Maître Marc Geiger, avocat de victimes auteur de l’article « arrêtons les correctionnalisations » publié sur son excellent blog

http://maitremarcgeiger.over-blog.com/article-arretons-les-correctionalisations-42782916.html

Article que Maitre Geiger m’a gentiment autorisé à publier ici :

Arrêtons les correctionnalisations

Avocat de victimes, et plus particulièrement de victimes de faits à caractère sexuel, je souhaite informer le plus grand nombre sur une politique pénale actuelle, qui consiste à faire passer des faits de viols caractérisés, qui sont des crimes par nature, relevant de la cour d’assises, pour des faits de nature correctionnelle, c’est à dire des délits, bien moins sévèrement punis.
En général, si le fait est unique, voire contesté, le procureur souhaitera toujours s’acheminer vers cette correctionnalisation.Le but véritable est de désengorger les cours d’assises, mais souvent il sera indiqué à la victime que cela lui est proposé pour un traitement plus rapide de son histoire.
Mais s’est on un jour penché sur l’impact psychologique d’une telle mesure?
La victime porte souvent en elle un sentiment de culpabilité et de dévalorisation, inhérent aux faits subis.
Lui proposer en quelque sorte une poursuite de son agresseur au rabais ne fait qu’accentuer ce sentiment.
Que dire des peines requises devant le tribunal correctionnel dans ces situations ou il est rare d’entendre des réquisitions à des peines de prison ferme.
La correctionnalisation se vit souvent comme un traumatisme complémentaire par les victimes qui se retrouvent, une fois encore, les oubliées du système.
Plutôt que de belles déclaration d’intention rarement suivi d’effet, nos gouvernants feraient mieux de doter la justice des moyens nécessaires à un fonctionnement normal dans un pays démocratique.
Marc Geiger

Quelques commentaires sur le très juste article de Marc Geiger :

–  « En général, si le fait est unique, […] le procureur souhaitera toujours s’acheminer vers cette correctionnalisation »

C’est bien ce que ce qui a été dit ici sur ce blog à plusieurs reprises, la correctionnalisation, le viol transformé en délit, ce n’est pas l’exception, c’est « en général » dit Maitre Geiger. L’exception  c’est le violeur en série ? Celui qui aura fait plusieurs victimes avant d’être arrêté. Celui que j’appelle le violeur médiatique… Ou encore le violeur moins chanceux qui aurait violé dans un département où la Cour d’Assise ne serait pas débordé par les crimes ?

–         « Que dire des peines requises devant le tribunal correctionnel dans ces situations ou il est rare d’entendre des réquisitions à des peines de prison ferme »

Je ne peux m’empêcher de penser à ce que disait récemment la Procureure Quemeneur  « En correctionnelle, un agresseur peut tout de même prendre huit à dix ans de prison ! Ce n’est pas parce qu’on correctionnalise qu’on banalise »

 Dans cet article (https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/ce-nest-pas-parce-quon-correctionnalise-quon-banalise) les propos de ce magistrat ont été largement infirmé.

Maître Geiger, confirme que c’est pire encore : le viol dit correctionnalisé devient une agression sexuelle. L’agression sexuelle est un délit passible de cinq ans de prison. Le viol est donc  transformé en agression sexuelle et l’agression sexuelle en… RIEN

– La correctionnalisation se vit souvent comme un traumatisme complémentaire par les victimes qui se retrouvent, une fois encore, les oubliées du système.

Je l’ai assez souvent entendu dire par le CFCV, association qui « récupère »  des victimes brisées par le viol puis par la correctionnalisation .  Les victimes ne prennent conscience du déni et du mauvais traitement dont elles ont été l’objet que bien plus tard. Trop tard, l’injustice est passée https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/le-viol-est-il-toujours-un-crimela-correctionnalisation-la-negation-dun-crime/

 

 – Plutôt que de belles déclaration d’intention rarement suivi d’effet, nos gouvernants feraient mieux de doter la justice des moyens nécessaires à un fonctionnement normal dans un pays démocratique

 

En effet Maître Geiger, nous avons eu le champion des « belles déclarations » https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/quand-sarko-a-pense-a-faire-du-viol-un-delit/

 

Nous avons aujourd’hui, une ministre de la Justice souvent qualifiée d’humaniste.

Madame Taubira quand allez-vous penser aux victimes de viol ? Allez-vous comme vos prédécesseurs nous abreuver de belles paroles sans rendre justice aux victimes d’un crime que les institutions ont transformés en un « rien » .

https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/le-mot-de-correctionnalisation-nest-pas-plus-francais-que-le-procede-nest-legal/

A lire la réponse que je viens de recevoir du Ministère des Droits des Femmes, il y a peu d’espoir de voir la moindre évolution en matière de correctionnalisation. Apparemment, le « changement » n’est pas pour « maintenant » …

 

Maître Geiger, MERCI

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s