# J’ai porté plainte en 1810…


# J’ai porté plainte, je crois…  Pourquoi  70 000 victimes ne portent pas plainte?  Il y a des tas de raisons spécifiques aux circonstances, à l’âge, de la victime, de l’auteur, à la réaction, de la famille, des proches … #jenaipasportéplainte

Ses raisons ont toutes, pour origine, un socle commun : le déni, la négation dont fait preuve la société.

Dans mon article à la fois témoignage et « explication » de la correctionnalisation je disais que le viol dont j’avais été la victime a été « requalifié » en agression sexuelle. Vous excuserez ma mémoire défaillante, je n’y peux rien le choc avait été si violent que je n’ai que de vagues souvenirs de ce qui s’est passé, après une nuit de séquestration et de viol(s) avec violences physiques : coups de poing, gifles, cheveux arrachés,menace avec un porte savon métallique de me crever les yeux, vêtements déchirés au couteau, etc, etc…

Pour finir la strangulation qui a entraîné une inconscience qui va durer toute la nuit, avec deux réveils :

L’un de quelques secondes au moment de la pénétration, je sais maintenant que c’était la seconde. La première j’étais totalement inconsciente , un nécrophile avec ça ! Réveil, suivi aussitôt d’un nouvel évanouissement.

L’autre plus long puisque, je me rends compte que le violeur n’est plus dans l’appartement et je sors sur le palier, quatre appartements, je sonne aux trois autres (évidement aucune réponse à 1h du matin, ils ont du penser que c’était un problème de couple) puis tout à coup j’entends à l’étage inférieur des pas et je sais que c’est lui. Allez comprendre pourquoi je ne me sauve pas pour monter dans les étages supérieurs ? Peut-être parce que j’étais terrifiée et dans une semi-inconscience… Quoi qu’il en soit, je me précipite à l’intérieur de l’appartement avant qu’il ne me découvre  sur le palier. Pas eu le temps de faire semblant de dormir, il me trouve debout dans le couloir et me demande ce que je fais là, pas folle la guêpe, encore capable de penser qu’il peut me tuer, alors je bafouille un « je suis allée aux toilettes ». Je m’allonge et de nouveau plus rien, je me « rendors » . Le réveil, lendemain matin entre 7h30 et 8h00.

Revenons à la précision que je voulais apporter : il y a quelques jours j’ai enfin reçu la copie du jugement que j’avais demandé et je dois dire que près de 25 ans plus tard c’est un nouveau choc : Selon le tribunal correctionnel de Nanterre, celui qui aurait du être jugé pour viol et pour séquestration voir tentative de meurtre, « a commis avec violence et contrainte, un attentat à la pudeur » . ATTENTAT A LA PUDEUR ?

Je me souviens que par deux fois :

Une première fois devant mon lycée alors que je sortais du gymnase je suis tombée  nez à nez (façon de parler ) avec un vieux vicelard qui n’avait pas trouvé d’autre moyens pour attirer mon attention que d’ouvrir sa braguette et d’en sortir son machin.

Une seconde fois au Parc par une belle journée d’été, alors que je m’engageais vers l’endroit le plus calme et le plus agréable du parc, je rencontre un jeune blond sur sa mobylette qui brusquement s’arrête, se met debout près de son engin, ouvre sa braguette et en sort son cerveau sans dire un mot.

Après quelques secondes d’hésitations (qui m’ont semblé durer une éternité) je lui balance quelques insultes de mon cru et retourne à toute vitesse vers une partie du parc ou personne ne pourrait ouvrir sa braguette sous peine de s’attirer les foudres voir de se faire lyncher par toutes les familles présentes à ce moment là. Comprenez bien qu’une jeune fille de 17 ans n’avait pas envie de rester au milieu des enfants qui crient et des mamans qui hurlent après les enfants pas assez dociles . Tant pis pour moi terminé les endroits agréables et isolés.

Je ne vous raconte pas tout cela pour faire pleurer sur le pauvre sort de la jeune fille qui a perdu ses illusions et son endroit préféré au parc. Je vous relate ces deux euh incidents parce que pour moi il s’agissait dans les deux cas d’attentat  à la pudeur.

Et bien, peut-être mais  le juge d’instruction, le procureur, la justice ont considéré qu’un viol avec  violence et séquestration pouvait être « requalifié » en attentat à la pudeur.

Après, le premier choc, mon réflexe de juriste est de retour. Il fallait une explication et celle-ci ne pouvait être que juridique.  Je lis et relis le jugement et je vois que l’attentat à la pudeur dont il est question est prévu et réprimé par l’article 331 al. 1 du Code Pénal. Bizarre cet article ne me dis rien.

Explication :

« Tout attentat à la pudeur commis ou tenté sans violence ni contrainte ni surprise sur la personne d’un mineur de quinze ans sera puni d’un emprisonnement de trois ans à cinq ans et d’une amende de 6 000 F à 60 000 F ou de l’une de ces deux peines seulement. »

L’attentat à la pudeur était pour le droit français un « acte physique recouvrant contraire aux bonnes mœurs exercé volontairement sur le corps d’une personne déterminée de l’un ou l’autre sexe. ». L’acte était réprimé même en l’absence de violence pour les mineurs de 15 ans. Néanmoins, l’infraction n’était constituée qu’en cas de violence pour des majeurs de 15 ans.

La qualification d’attentat à la pudeur est en réalité héritée du Code pénal impérial français de 1810, abrogé depuis 1994.

En droit français, il est aujourd’hui sanctionné en droit positif sur le fondement de l’article 222-27 du Code pénal français qui réprime les agressions sexuelles.

Article 222-27 « Les agressions sexuelles autres que le viol sont punies de cinq ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_%C3%A0_la_pudeur

Quelles différences y a t-il entre attentat à la pudeur d’avant 1994 et l’agression sexuelle.

La peine de prison aucune différence, c’était 5 ans pour l’attentat à la pudeur c’est toujours 5 ans pour l’agression sexuelle. L’amende est plus élevée pour l’agression sexuelle ce qui en soit ne permet que de confirmer l’augmentation du coût de la vie et n’a aucune autre signification que celle-ci.

La différence essentielle :  l’importance des mots : attentat à la pudeur, on imagine immédiatement le zigoto qui a ouvert sa braguette (voir cas concrets). Dans l’agression sexuelle, au moins il y a le mot agression… Les termes attentat à la pudeur c’est décidément trop difficile à imaginer… Et pourtant…

Ce qu’il me semble important de noter c’est que cet article sous lequel jusqu’en 1994 les viols étaient déqualifier (je préfère dire disqualifier) trouvait son origine dans le code pénal impérial de 1810 . Il y a seulement 18 ans, nous étions s’agissant des violences sexuelles en

1 8 1 0. Comment s’étonner alors que les victimes de viol soient à ce point niées en 2012. Nous sommes tellement proches de 1810 euh pardon de 1994. Comment s’étonner que les 70 000 victimes de viol (par an) ne portent pas plainte. Parce qu’elles ont bien compris que le viol pour la société française ce n’était et n’est toujours  pas grand-chose.

Même si le code pénal érige le viol en crime , la réalité est toute différente.

Grâce au lancement du hashtag #jenaipasportéplainte*** (prolongement de la campagne manifeste pas de justice, pas de paix) sur Twitter, les victimes parlent et valident ce que nous pressentions déjà : le viol est tellement tabou, tellement nié par la justice et la société dans son ensemble que les victimes pensent qu’elles n’ont pas d’autre choix que de faire silence. Aujourd’hui, le silence se brise, les victimes ont l’occasion de s’exprimer, certaines pour la première fois :

#jenaipasportéplaintepersuadée que jamais ils ne seraient retrouvés. Ne parlons même pas de jugement.

Mon médecin n’a pas voulu me faire un certificat médical#jenaipasportéplainte

C’était mon cousin et j’avais peur que ma famille ne me croit pas#jenaipasporteplainte

#jenaipasportéplainte, mes amies non plus. Et puis de tte façon, maintenant ya prescription, alors… MERDE !

#jenaipasportéplainte parce que Zorro est arrivé juste à temps pour l’empêcher de me violer,et qu’une tentative “c pas si grave”

#jenaipasportéplainte p.que des années + tard la personne qui ma fait ça travaille dans le monde médical aux clans protecteurs

#jenaipasportéplainte parce que c’était une tentative ratée et que, du coup, pour le prouver, c’était la merde.

#jenaipasportéplainte ’entre sa manipulation et les réactions traumatiques incompréhensibles, j’apparais comme “non crédible” pour beaucoup.

#jenaipasportéplainte car je croyais que c’était normal…

#jenaipasportéplainte parce que déballer l’horreur devant un flic qui vous prend de haut c’est pas facile!

Pque les adultes qui savaient autour de moi ont tt fait pour que je considère ma parole comme illégitime #jenaipasportéplainte

Parce qu’en France, le viol, c’est juste du libertinage#jenaipasportéplainte

#jenaipasportéplainte parce que personne ne m’aurait crue, parce que c’était mon petit ami, parce que j’ai peur de lui et des représailles

#jenaipasportéplainte .…et parce que je n’ai aucune confiance en la justice face à la violence faite aux femmes.

#jenaipasportéplainte ou plutôt si, mais la plainte a été classée. Des aveux partiels ne sont donc pas une preuve.

parce qu’un psy te dit que quand il n’y a pas de couteau, ce n’est pas un viol ; #jenaipasportéplainte

parce que je n’ai pas envie que ma famille sache ; parce qu’avec tout ça, aucun policier ne me croira ; #jenaipasportéplainte

parce que si je porte plainte, ce sera requalifié en agression sexuelle et que maintenant, il est trop tard. #jenaipasportéplainte

#jenaipasportéplainte une plainte pr viol est souvent en correctionnelle, sil y a non lieu j’ai trop peur qu’il m’accuse et devoir le payer

Et, bien voilà, c’est dit : « une plainte pour viol est souvent en correctionnelle » et parce que la correctionnalisation n’est que l’illustration « exemplaire » du  déni et du négationnisme officiel de la société… Les victimes préfèrent se taire… Ce négationnisme  n’est pas rêvé,  n’est pas imaginé, il est prouvé tous les jours. Un calcul rapide : 10% de plainte, 1 à 2% de condamnation… Quelques non-lieu et classements sans suite et le gros du reste … Correctionnalisation, autrement dit, la négation d’un crime. Lorsque la victime a osé porter plainte, lorsqu’elle a réussi à prouver son non consentement (l’anti-victime), lorsque le juge n’a plus d’autre choix que de la croire, il ne lui reste plus qu’à sortir la dernière arme pour achever SA victime.

J’ai porté plainte, je ne sais pas si je l’aurais fait dans d’autres circonstances.

D’ailleurs, est-ce que j’ai vraiment porté plainte ? Je venais d’échapper à la mort, il parait (j’ai le certificat médical sous les yeux) que l’examen gynécologique a été fait sous anesthésie générale, que le psychiatre vu en urgence a préconisé un suivi psychiatrique à long terme. Et, surtout c’est un cas de flagrance, la police a été appelé sur les lieux du crime et  a emmené la victime** , qui ne se souvient plus, à l’hôpital… la première audition a eu lieu à l’hôpital. Et, j’aurais porté plainte en toute conscience ? Je crois qu’il y a eu plainte parce que ça paraissait une évidence pour la police…

Pour tout ce que je viens de décrire, je comprends que les victimes ne portent pas plainte. C’est pourtant vital de porter plainte même et justement parce que la justice et la société sont dans le déni. Il faut réveiller cette société qui regarde ses enfants, ses femmes, ses hommes (aussi) mourir parce que personne ne veut voir les mourants… Si j’osais un rapprochement, je dirais que les victimes silencieuses c’est comme le vote blanc… Cela ne compte pas… Voter blanc ne changera pas la politique, garder le silence ne changera pas la justice. Un grand pas est fait aujourd’hui, les victimes osent dire pourquoi

#jenaipasportéplainte

http://pasdejusticepasdepaix.wordpress.com/2012/03/27/et-toujours-de-nouveaux-tweets-et-nouveaux-journaux-en-parlent/

https://www.facebook.com/pages/Manifeste-pas-de-justice-pas-de-paix/339714649387698

http://www.slate.fr/tribune/52405/je-nai-pas-porte-plainte-viol-temoignages

** Parfois je dis elle, ce n’est pas pour imiter Delon, c’est juste que j’ai du mal à croire que je parle de moi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s