Le viol d’une jeune femme handicapée à l’âge mental d’une enfant de six ans libère et le violeur et l’agresseur sexuel


LA CORRECTIONNALISATION EST LE PRINCIPE – LES ASSISES L’EXCEPTION
http://www.sudouest.fr/2014/06/25/charente-la-tournante-jugee-mardi-les-cinq-hommes-relaxes-1596303-4697.php

Il y a un an cinq hommes, l’un accompagné de sa « petite » amie, se rendent chez un « septuagénaire » « pour boire l’apéro ». Apparemment, une habitude. De ce septuagénaire nous ne savons rien. il n’était parait-il pas chez lui au moments des faits.
La petite amie, sophie, est « refilée » par son petit ami aux quatre autres hommes. Elle est violée, un « petit peu obligée » apprend-on de la bouche de celui qui l’a « refilée » . Elle était « sa chose » dit un autre. En fait, elle a été ce soir là, la CHOSE de ces cinq hommes !

Il y a un an ces cinq hommes sont mis en examen pour viol sur personne vulnérable .

Hier, c’est le tribunal correctionnel qui juge ces hommes du chef d’agression sexuelle.

Le viol en réunion sur personne particulièrement vulnérable a donc été disqualifié en agression sexuelle. Qu’a fait le juge d’instruction ? Une demande d’expertise sur Sophie ? Et les cinq hommes ont-ils été expertisés ? Apparemment , non !

Nous apprendrons dans un autre article que deux des cinq hommes étaient sous curatelle. Handicapés mentaux, eux aussi ? Si tel est le cas, on peut alors comprendre pourquoi le tribunal correctionnel a considéré qu’il y avait doute sur la connaissance par les auteurs de l’absence de consentement de la victime.

Mais alors et les trois autres dont l’instigateur ? Comment alors qu’il dit avoir « refilée » cette jeune femme à ses comparses , qu’il avoue qu’elle s’est « sentie un peu obligée » qu’il connaît parfaitement l’état mental de sa petite amie , QI d’une enfant de six ans dit l’expert psychiatre, peut-il ne pas avoir eu conscience de l’absence de consentement de cette jeune femme qui fait l’objet d’une curatelle renforcée et qui a l’âge mental d’une enfant de six ans ? Qui peut croire que des hommes « normaux » ne se rendent pas compte qu’ils ont à faire à une enfant de six ans ?

Que veut dire cette relaxe ? Que des handicapées mentales peuvent êtres violées par des hommes et qu’il leur suffit de dire qu’ils n’avaient pas conscience de l’absence de consentement pour qu’ils soient relaxés et libérés prêts à recommencer encore et encore .

Au-delà des viols dont cette jeune femme handicapée a été victime, dans cette affaire il y a trois abjections

1- l’abjection correctionnalisation
Tous les arguments des pro-correctionnalisation (les négationnistes) tombent les uns après les autres
« Ne sont déqualifiés et envoyés devant le tribunal correctionnel que les viols les moins graves ! «
Viol en réunion sur personne vulnérable . Qu’est-ce que c’est ?
Viol en réunion encore sur personne vulnérable, commis par des récidivistes . Qu’est-ce que c’est ? http://www.ouest-france.fr/justice-saint-malo-3-et-4-ans-de-prison-pour-les-auteurs-dun-viol-2296580
Viol sur mineure de 15 ans http://www.ouest-france.fr/maman-14-ans-apres-une-relation-volee-2096524
Qu’est-ce que c’est ?
« Les juges professionnels c’est mieux (autrement dit ils ne vont pas relaxer alors qu’aux assises il y a un risque d’acquittement), les peines sont plus sévères »

Le mythe d’une plus grande sévérité ! Le code pénal dit le contraire ainsi que les statistiques .
Condamnations pour des agressions sexuelles (dont des viols déqualifiés) 5098 – 692 prison ferme, 1056 suris partiels , le solde ? Sursis total.

Ils ne seront pas relaxés ? LA PREUVE
2- L’abjecte décision !
Ne pas critiquer une décision judiciaire dit-on . Oh que si. C’est une obligation morale que de le faire ici. Ces juges professionnels ont apparemment quelque chose qui ne tourne pas rond ! Une jeune femme dont l’âge mental est de six ans, des violeurs relaxés et il ne faudrait pas critiquer ? Cette décision est ignoble ! Ces juges viennent de donner carte blanche à des hommes pour un prochain viol ! Cette jeune femme a été considérée comme une « chose », une marionnette, un objet , une moins que rien , elle a été violée, salie. Ils ont profité de sa vulnérabilité pour en faire ce qu’ils voulaient, ce qu’ils désiraient et ils sont blanchis . Elle est bafouée, abandonnée par ce l’on nomme justice ! Ce qu’elle a subit avait déjà été minimisé, réduit, non reconnu ! Les viols, les pénétrations, les fellations sur lesquels la justice (avec aval de la loi des politiques) a tiré un trait ! Elle est renvoyée à l’usine , « le tribunal correctionnel » et finalement ce tribunal lui fait défaut . C’est elle qui est vulnérable , mais c’est eux qui n’ont pas la conscience de…
Violeurs de France, sachez que désormais vous pouvez violer une femme handicapée mentale, vous ne craignez RIEN il vous suffira de dire que vous n’aviez pas conscience de… Même si ici , il y a des petits aveux « un peu obligée » . Des aveux qui n’ont pas suffit aux juges !

3- L’abject Titre

« les cinq hommes relaxés dans l’affaire de la tournante »
Langage de proxénètes , langage de violeurs. Une « tournante » ? Non ! des viols ! A quel moment les journalistes vont-ils cesser de se rendre complices des violeurs ? Je mesure mes mots ! Oui, complice parce que lorsque l’on préfère utiliser des termes inventés par les bourreaux, les violeurs et autres proxo on se rend complice de l’ignoble ! Quel impact sur les lecteurs, sur les jeunes ? « tournante » c’est amusant ? On fait « tourner » des cartes ou on fait tourner une femme, c’est kif kif !
« Malgré plusieurs années de prison ferme requises par la procureur, les cinq prévenus ont tous été relaxés mardi soir par le tribunal d’Angoulême au terme d’une audience de plus de quatre heures «
« Malgré » oh là là ça signe l’importance de réquisitions du procureur . Voyons voir ces terribles réquisitions contre ces pauvres hommes : « trois ans de prison ferme contre Stéphane, deux avec sursis pour trois de ses complices et six mois pour le dernier. »
Madame ! Le code pénal dit 20 ans pour des viols en réunion ou sur personne vulnérable ! Vous devriez vous informer un peu, expliquer comment des viols se sont retrouvés devant le tribunal correctionnel . Et cessez d’utiliser le langage des violeurs ! Bref, ne répéter pas bêtement la langue de vos collègues masculins. Vous êtes une femme. Une proie parmi tant d’autres… Réfléchissez, un jour vos collègues écriront peut-être à votre sujet une « tournante » .

Finalement, ces hommes auraient-ils été acquittés par la Cour d’assises là où ils auraient du êtres jugés ? J’en doute !
L’instruction aurait été plus sérieuse , des expertises auraient été demandées, les contradictions vérifiées. L’enquête approfondie sur ces cinq hommes et ce septuagénaire . Pourquoi ce « pépé » recevait-il chez lui des hommes de 31 à 48 ans ? Etait-il forcé ? Était-ce une auberge espagnole ? Un domicile ? Ou un bordel ? Il était absent ce soir là . Quel est donc ce saint homme qui laisse pénétrer chez lui des hommes pour » boire l’apéro » même en son absence ?
Toutes ces questions ne sont pas posées lorsqu’il est décidé que le viol n’est pas un crime ! Et puisque la correctionnalisation est de principe depuis si longtemps, pourquoi ne pas blanchir tout simplement les violeurs devenus de simples agresseurs sexuels ?

QUI SUIS-JE ?
Des hommes me violent.
La justice politique m’achève.
La France me tue.

JE SUIS UNE FILLE, UNE FEMME…

 

 

Une réflexion au sujet de « Le viol d’une jeune femme handicapée à l’âge mental d’une enfant de six ans libère et le violeur et l’agresseur sexuel »

  1. Ping : Une soirée qui tourne bizarrement | Le Courrier de Diké

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s